Travaux et réalisations

Ci-dessous, quelques courts extraits choisis de mon mémoire, réalisées à l’issue de ma période de pratique en tant que stagiaire :

 

1. Qu’est-ce que la sophrologie

La sophrologie est une discipline scientifique qui tend à l’épanouissement et au bien-être de l’individu. La méthode développe le potentiel positif de chaque personne et propose des techniques pour mieux se connaître et gérer ses émotions. Parmi ses effets les plus bénéfiques, la sophrologie nous permet de surmonter les humeurs négatives (anxiété, angoisse, dépression …) et d’augmenter l’estime de soi.

Le mot ‘sophrologie’ dérive des racines grecques SOS, PHREN et LOGOS qui signifient “étude de la conscience en équilibre”.
La sophrologie est née en Europe dans les années 60. C’est une nouvelle discipline créée par un neuropsychiatre colombien nommé Alfonso Caycedo.

Photo de Karolina Grabowska provenant de Pexels

Les techniques utilisées reposent notamment sur l’expérimentation médicale de la ‘Relaxation psycho-sensorielle’ de Roger Vittoz, et la ‘Relaxation progressive et différentielle’ de Edmund Jacobson.

Le travail en sophrologie a cette particularité d’être réalisé dans un état de conscience modifié, d’où le terme ‘pleine conscience’, qui permet d’ouvrir la stimulation de la mémoire, la prise de recul ainsi qu’un élargissement du champs de conscience.

Cette technique permet de développer progressivement une perception beaucoup plus fine et objective de son propre corps, de ses émotions et de ses comportements.

La sophrologie se concentre sur le développement du positif chez la personne, en laissant ponctuellement de côté les aspects difficiles de sa personnalité.

Ses 4 principes fondamentaux sont:
Connaître et percevoir notre corps avec toutes ses sensations
Potentialiser le positif en nous
Insister sur une vision objective de nous-mêmes, de notre environnement et de nos valeurs
Adopter le principe d’adaptabilité

La sophrologie propose des exercices très variés. Elle agit sur le corps, parfois en mouvement, avec la respiration et avec des activations mentales de type visualisation.

Photo de Lucas Pezeta provenant de Pexels

Tout le travail effectué en sophrologie se fait dans un état de relaxation car il augmente nos capacités mentales, en particulier notre concentration, notre mémoire et notre imagination.

Avec la sophrologie, l’individu participe lui-même, avec sa pratique, à son propre processus de guérison ou d’amélioration.

La sophrologie restaure et potentialise les éléments positifs de la personnalité.

Elle fournit à la personne les outils pour décider et devenir acteur de sa propre transformation.

• Permet de gérer le stress
• Améliore le sommeil
• Apprendre à reconnaître et à gérer les émotions
• S’accepter tel que l’on est
• Augmenter l’estime de soi
• Améliore les relations avec les autres
• Augmenter la concentration et l’efficacité
• Augmenter la créativité

La sophrologie est recommandée aux personnes souffrant de troubles ou de difficultés, ainsi qu’aux personnes en bonne santé, en quête de développement personnel.

Les séances de sophrologie peuvent être suivies en groupe (travaux plus généraux) ou individuellement (plus adaptés à un besoin spécifique).

Les applications sont à la fois thérapeutiques et pédagogiques ou bien préventives.

Dans de nombreux pays européens, comme la France, l’Espagne et le Royaume-Uni, la sophrologie a plus de 50 années d’application réussie, dans des domaines très différents tels que:

La psychiatrie, la psychologie et le développement personnel
La médecine, presque dans toutes les spécialités, en complémentarité du suivi et traitement médical (gestion de la douleur et du stress, soutien mental du processus de récupération physique, projection positive dans le futur, …)
Les entreprises (gestion du stress, créativité, relations avec les autres, réalisation des objectifs …)
Les établissements scolaires (estime de soi, concentration et mémoire, gestion du stress et des émotions, …)
Les centres sportifs et / ou artistiques (conscience et sensations corporelles, préparation mentale …)

2 L’apport de la sophrologie dans le contexte de la douance

Qu’est-ce qu’ un enfant à haut potentiel ?
C’est un enfant présentant une activité neurophysiologique différente de la norme.

L’imagerie médicale met en évidence une plasticité cérébrale et une connexion neuronale spécifique qui touche notamment la vitesse de traitement et d’intégration de l’information. Les zones frontales et pariétales sont plus actives. L’information est donc envoyée plus rapidement au reste du cerveau.

Il n’est pas plus intelligent que les autres mais simplement différent de part son système cognitif. On peut dire qu’il présente une intelligence qualitativement différente dans sa vision du monde en général, dans ses approches de la vie.

 Tous les individus sont différents de part leur construction identitaire, leur empreinte environnementale mais certaines caractéristiques sont très souvent observées chez les haut potentiels. 

Ils présentent notamment une pensée en arborescence et une très grande rapidité de compréhension verbale par rapport à la moyenne.

On remarque également chez eux une hypersensibilité. Les 5 sens peuvent se trouver hyper-sollicités jusqu’à parfois atteindre l’hyperesthésie : une exagération pathologique de l’acuité visuelle ou auditive.

Ils ressentent une grande empathie et une réponse émotionnelle parfois anarchique souvent qualifiée de montagnes russes des émotions.

Comment ces enfants appréhendent-ils leur quotidien ?
A l’ école ils peuvent rencontrer des difficultés d’apprentissage liés à des problèmes de concentration, à un faible désir de solliciter l’effort sur des sujets qu’ils jugent inintéressants ou dont ils ne comprennent pas l’utilité.

Parfois les enseignants peuvent avoir le sentiment qu’ils sont impertinents, hyperactifs, dans la lune ou qu’ils font preuve d’une grande lenteur, surtout à l’écrit.Ils peuvent se désinvestir totalement s’ils ne trouvent pas de sens à ce qu’ils font.  

S’ils ne sont pas reconnus dans leur spécificité notamment en classe ou dans leur milieu familial, ils risquent de s’isoler et souffrir d’un grand manque de confiance en eux.

Dans les relations sociales, ils ressentent un fort décalage avec la plupart des autres élèves.

Ils n’appréhendent pas les situations de la même façon, émotionnellement et mentalement.

Ils sont davantage impliqués émotionnellement et s’attachent à trouver du sens partout.

Cet écart est souvent à la base d’un questionnement sur leur propre identité et la valeur de leur jugement.

Cet écart peut aussi être à l’origine d’une faible capacité d’intégration au groupe, du repli et de l’isolement dans les cas les plus extrêmes.

Toutes ces difficultés sont source de stress, de fatigue pour l’enfant, de manque de confiance en soi et par conséquent d’une faible estime de soi.

Comment la sophrologie peut-elle répondre à cette problématique ?
Les conclusions de l’étude récente, menée sur 3 années à Lyon  par les docteurs Fanny Nusbam, docteur en psychologie et Dominici Sappey-Marinier chef du département IRM du CERMEP-Imagerie du Vivant, et chercheur en imagerie médicale à CREATIS de l’Université Lyon1, montrent bien que le cerveau des enfants à haut ou très haut potentiel intellectuel fonctionne plus vite et différemment.

Pascal Auclair :« L’IRM de diffusion réalisée par Dominic Sappey-Marinier a permis  d’étudier le mouvement des molécules d’eau dans le cerveau. Cette technique démontre clairement que les enfants à « haut potentiel » présentent une connectivité cérébrale bien plus importante que les enfants au QI standard dans plusieurs régions cérébrales comme le corps calleux qui relie les deux hémisphères et dans différents faisceaux intra-hémisphériques. Donc, le transfert d’information est plus rapide au sein d’un même hémisphère mais aussi d’un hémisphère à l’autre. »

Dans cet article Fanny Nusbam, docteur en psychologie donne certaines pistes pour améliorer le quotidien de ces enfants à haut potentiel. Selon les profils, les techniques de neurofeedback, de remédiation cognitive ou d’hypnose ( reconnexion avec le ‘moi’ profond) peuvent répondre à ce besoin.

La sophrologie s’inscrit logiquement en complémentarité de ces techniques.

L’atteinte de l’état d’hypovigilance, ou hypnagogie et les techniques de sophronisation permettent le déconditionner le négatif et de renforcer le positif en profondeur.

Ces exercices permettent un lâcher-prise et une substitution des pensées envahissantes ou négatives par un mode de pensée plus serein, plus économique.

La sophrologie offre aussi la possibilité d’une reconnexion profonde avec son état interne et la réinscription de schéma positifs mentaux et émotionnels, notamment par la réintégration du schéma corporel et le principe d’action positive.

La pratique des exercices de relaxation dynamique du 1er  degré répond notamment à ce type d’objectif. Ils favorisent un recentrage sur l’instant présent, un affinement des ressentis corporels vécus et un élargissement du champs de conscience.

Grâce à la pratique de relaxations dynamiques du 2ème degré, un travail efficace sur les capacités d’attention et de concentration, peut -être réalisé, grâce à la proprioception notamment.

Le techniques de sophronisation du 2ème degré, renforcent la prise de conscience des capacités physiques et mentales, de manière à accroître la confiance et l’estime de soi par des visualisations et projections positives réalistes et adaptées.

La sophrologie permet également de réaliser un travail efficace sur les émotions.

Certaines techniques du 2ème et 3ème degré prennent en charge l’accueil, l’identification et le vécu serein des émotions.

Je me propose donc de puiser dans l’ensemble de ces techniques afin de tenter de répondre à la problématique de cet accompagnement.

3 La proprioception utilisée en sophrologie pour favoriser l’attention et la concentration

La proprioception joue, au travers du mouvement, un rôle majeur dans l’élaboration du schéma corporel qui se construit très progressivement durant l’enfance. En sophrologie  la proprioception guide l’attention vers une partie du corps spécifique, grâce à un centrage sur le mouvement, le volume, la forme et le poids des différentes parties du corps sollicitées.

Les exercices de relaxation dynamiques  ont pour objectif le ressenti, la perception voire la visualisation des parties du corps en mouvement ou en position statique ainsi qu’une perception du corps dans l’espace.

Lors de ce travail sur le schéma corporel e, sophrologie, la personne est invitée créer un espace de concentration, grâce à un tri sur les priorités dans le but de canaliser l’énergie et se focaliser sur la tâche en cours.

Ces exercices favorisent les gestes de concentration notamment en écriture chez les enfants

Mise en pratique de ces outils dans une séance pour favoriser la concentration chez un enfant à haut potentiel :

Exemple d’une séance sur le renforcement de l’attention  pour une enfant de 9 ans
Titre : Je suis concentrée pour trouver Charlie
1.Perception cérébrale du corps en position verticale :
[ Je dessine ma bulle d’attention ]

2.Perceptions des membres supérieures en mouvement, en position verticale:
[ Je règle mon arc magique ]

3.Mouvement des membres supérieurs, geste du tir à l’arc, en position verticale
 [ Je vise en plein dans le mille ]

4.Technique de respiration et d’intériorisation :
[ Je diffuse la concentration en moi pour longtemps ] J’active mon alliée

Sophronisation 2ème degré, CV, Cosmos vertical :
Prise de conscience de sa capacité à prendre de la distance avec un élément perturbateur et constater l’impact de cette prise de distance.
Ecoute d’une histoire sophrologique qui reprend la visualisation du schéma corporel dans son propre espace d’attention.

4 L’apport de la sophrologie dans le développement de la confiance en soi

 Les techniques de respiration synchronique en sophrologie associées à l’intégration du schéma corporel positive avec un travail sur l’ancrage solide sont utilisées afin de développer ou pérenniser la conscience de ses capacités et la confiance dans sa relation à l’autre.

Grâce aux sophronisations, visualisations positives et méditations de pleine conscience, la personne est guidée par le sophrologue sur la prise de conscience du positif, du plaisir, sur l’identification et l’ancrage de ses capacités et de son potentiel.

Une visualisation classique souvent utilisée et riche d’interprétations est celle de l’ arbre de la confiance bien enraciné à l’endroit même ou il doit être planté.

Extrait d’une histoire sophrologique créée et customisée pour Eva une enfant de 10 ans, fan d’Harry Potter et très sensible à la nature.

L’inscription des exercices et des sophronisations dans une dimension de récit est très bénéfique pour les enfants.
Ces histoires dans lesquelles les enfants sont invités à se laisser transporter en toute sécurité et à jouer leur propre rôle.
Ces récits apportent une dimension de projection imaginaire puissante et un support idéal de diffusions d’intentions positives que les enfants vont intégrer plus librement.
Je pense d’ailleurs que ça marche tout aussi bien pour les adultes.

Dialogues post-sophronique / Phénodescriptions réalisée par Eva, 10 ans, à la suite d’une des séances dédiées à la confiance ne soi :

« Mon alliée la respiration, elle vit en moi en fait, si j’ai besoin d’elle je la bipe c’est tout !
Alors elle se déploie en moi et me donne ce dont j’ai besoin.
C’est comme l’arbre quand je suis plantée quelque-part, je prends ma place et grandit !
J’ai senti plein d’air autour de moi, une partie de l’espace est aussi à moi.
C’est génial le carnet de recettes magiques, je pourrais le montrer à mes copines.
On ne s’ennuiera pas à la prochaine  pyjama party ! »
« L’ancrage, c’est comme l’arbre, l’arbre ne peut pas être plantée sans ses racines sinon il ne tient pas. 
Ça veut dire que j’ai des racines profondes solides qui me font être stable.
‌Quand je sens mes pieds sur le sol, je suis rassurée. »

5 Comment la sophrologie peut-elle apporter un soulagement face à l’anxiété et aux angoisses profondes ?

Par la pratique régulière d’exercices de respiration synchronisée et de relaxation corporelle profonde, il est possible d’apporter un soulagement durable à ce trouble.

 

Un accompagnement sur mesure peut-être mis en place dans l’optique de retrouver une confiance et une estime de soi dévalorisées par le bais d’une connexion ou d’une reconnexion profonde avec le corps, une réintégration positive du schéma corporel.

Le relâchement des tensions accumulées au niveau du corps et l’évacuation des pensées négatives vont progressivement contribuer à reprendre le pouvoir sur les peurs et les dépasser.

Photo de Elina Fairytale provenant de Pexels

Le sujet sera libre de progresser à son rythme et pourra développer une conscience progressive de son évolution

La sophrologie s’appuiera sur des techniques spécifiques telles que :

  • la respiration synchronique comptée, la respiration profonde, la respiration contrôlée
  • les exercices spécifiques de relaxation dynamique générant la relaxation, le lâcher-prise et favorisant la gestion émotionnelle
  • les techniques de déconditionnement en sophronisation
  • les techniques de visualisation et de projections positives

La relaxation demeure l’une des techniques très préconisée face à l’anxiété.
La détente profonde neuromusculaire et la prise de conscience des ressentis de calme intérieur contribuent à un apprentissage progressif de gestion du stress et un filtrage des pensées récurrentes négatives.
Les méthodes de relaxation constituent un outil considérable d’accompagnement face à l’anxiété dans la vie quotidienne.
Les études montrent les bienfaits de la respiration et de la relaxation, notamment induits par les exercices de relaxation dynamique, sur le nerf vague dont certaines fonctions sont associées au système nerveux autonome qui comprend le système sympathique, initiant des réponses de stress face à un danger perçu et le système parasympathique qui prépare le corps au repos, chez les sujets anxieux la sollicitation du nerf vague favorise l’état prédominant du système parasympathique et diminue les symptômes relatifs à l’anxiété.

Plusieurs études récentes, issues des neurosciences, dont celle du centre Neuro Mc Gill University de Montréal, démontrent l’impact positif des méthodes de visualisation, de suggestions et de pensées positives dans le traitement de l’anxiété.

Les conclusions de ces expériences mettent en évidence un mental auto-apaisé à la suite de l’exposition d’un scénario positif et bienveillant.

A long terme l’exposition aux visualisations et aux projections positives peuvent modifier en profondeur les réponses émotionnelles de l’individu en facilitant le passage à un mode de pensée serein.

Les techniques de projections ou de visualisation positives peuvent agir sur le cortex préfrontal qui possède notamment d’importantes connexions à l’amygdale cérébrale, structure clé du cerveau dans la neurobiologie de la peur. Ces connexions seraient notamment impliquées dans le processus d’extinction des peurs conditionnées et permettraient d’exercer un contrôle conscient sur l’anxiété.

Extrait d’une séance d’une sophronisation de base avec pour objectif la prise de conscience des ressentis de relaxation musculaire et de détente profondes.

6 L’apport de la sophrologie dans le vécu émotionnel